Constantin Brancovan, chrétien et martyr

 

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

Avec un long et plein de graves soucis règne,

De l’empires voisins, tu as eu que de la haine,

En vain, avec eux, ta politique prudente,

Leur menace - de plus en plus insistante.


Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

De fiers églises et monastères tu as construit,

L’éxécution par l'épée turque, tu as pressenti,

De tes quatre fils, d’abord, et de la tienne,

En essayant à chasser du pays les "hyènes".

  

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

Le Pays Roumain - tout une  souffrance,

Les Otomans – avares, d’autre croyance,

Les satisfaire – tâche difficile d’aboutir,

Sortir de leur joug - ton courageux désir.

  

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

Hélas, fatale a été ta crédule l'ignorance,

Sur Pierre le Grand tu as posé l’espérance,

Avec lui tu as osé faire une secrète alliance,

Pour ton pays, comme une police d’assurance.

 

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

À Stanilesti – une bataille honteuse,

La tactique  de Pierre –  désastreuse,

L’armée moldavo - russe toute encerclée,

Sauvée qu’après le turco – russe traité.

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

Le sultan, de l’alliance avec la Russie, informé,

À Istanbul, avec tes enfants, t’a emprisonné,

Constantin, Étienne, Rodolphe, le petit Mathieu,

Et le gendre Ianache Vacarescu, avec eux.

 

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

Quelle douleur! Sans bornes chagriné,

Au martyre de tes proches.tu as assisté,

Le bourreau, du sang roumain, partout taché,

À la fin, imperturbable, ton cou a coupé.

 

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

Le sultan a même voulu tes fils pardonner,

Si dans le mahométisme ils seraient entrés,

Mais ils: "Nous mourons dans la foi ancienne,

Nous ne nions pas la croyance chrétienne."

 

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

Lorsque l'épée de ton cou s’est approchée,

Ta tête par une idée coupable a été traversée:

"L’alliance avec les Moscovites j’ai voulu,

L’alliance avec les Moscovites m’a abbatu!"

 

Oh, toi, le chrétien, Constantin, Brancovan,

Oh, toi, le martyr, Constantin, Brancovan,

Lorsque l'épée de ton cou s’est approchée,

Il t’est venue encore une inoubliable pensée:

"Les alliances m’ont lèvé, elles m’ont abaissé,

Les alliances m’ont ressuscité, elles m’ont tué!"

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

"Déclamations de la tribune du temps"

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)

Vizualizări: 154

Adaugă un comentariu

Pentru a putea adăuga comentarii trebuie să fii membru în reţeaua literară / la red literaria !

Alătură-te reţelei reţeaua literară / la red literaria

Insignă

Se încarcă...

Statistici

Top Poetry Sites

© 2020   Created by Gelu Vlaşin.   Oferit de

Embleme  |  Raportare eroare  |  Termeni de utilizare a serviciilor