Les mangeuses de rouge à lèvres de Casablanca (53)

Dunes mouvantes et armes

 

     Un voyage en train du Caire à Port-Saïd peut être considéré dans la catégorie de ceux touristiques ou de ceux trouvés dans les parcs de distraction; il est un voyage dans les temps passés. De sentiments semblables auraient eu les touristes japonais qui venaient il y a plus d'un quart de siècle en Roumanie pour voir de locomotives à vapeur, qui servaient couramment pour le transport des passagers ou pour monter dans "mocanite" - ces trains sur de lignes étroites dans les zones de montagne. En France, de voyages avec ces moyens dèsuetes de transport sont devenus une affaire profitable. Par exemple, pour couvrir la distance de 15 km entre Limousin et Périgord dans de wagons anciens, tractés par une locomotive équipée d’un tender, on paye environ 15 dollars pour les adultes et 10 dollars pour les enfants.

     Un jour en février 1985, j'ai été en face de la place Ramsès de devant de la Gare Centrale du Caire avec ma femme - Ella et mon fils - Edy. Au centre de l’attention a été la statue de Ramsès II (n.a. 1298-1235 av. J.-C) apportée de Memphis, la capitale de l'Ancien Empire (n.a  2780-2270 av. J.-C), localité située au sud, à environ 25 kilomètres du Caire. Du socle jaillissait une petite cascade, de l’hauteur d'un homme, dans un réservoir rectangulaire, où l'eau douce, pompée du fleuve du Nil, reflètait un ciel bleu, dans lequel erraient quelques duvets de nuages. L'air était sec et à une température de mai en Baragan. L'horloge du frontispice brique de la gare montrait 8 heures. S’annonçait une belle journée pour les touristes qui folâtraient dans la place. Nous attendions Moussa (n.a. Moïse) Mallah (n.a. Marin), mon collègue égyptien à l'École Normale Supérieure d’Enseignement Polytechnique d’Oran, originaire du Caire, rentré à la maison durant la vacance d'hiver. Il devait nous accompagner dans le voyage en train à Port-Saïd. Avec un retard de seulement... trois quarts d'heure, la ponctualité a été et demeure encore faible dans tous les pays qui faisaient partie de l'ancien Empire Ottoman, nous l’avons vu venir ensemble Ilias (n.a. Elie) - son fils unique.

      - "Salam aal koum" (n.a. Paix sur vous) a commencé Moussa en arabe, puis il a continué en français. J'ai pensé que ce voyage serait intéressant et pour Ilias, même s’il a seulement 11 ans, parce qu’il peut s’imaginer qu’il est dans un… parc de distraction. C'est la raison pour le retard.

      - Mais on a perdu le train rapide vers Port-Saïd, j’ai remarqué d’un ton résigné.

      - Il n’est pas grave. J'ai pensé moi aussi à ça. Nous prenons un autre train et le retard nous allons le récuperer  à Port-Saïd, où nous allons s’arrêter moins.

     …Après deux heures, nous sommes arrivés à Ismaïlia, localité située sur la rive ouest du canal, à 91 km de Suez et à 80 km de Port-Saïd. De là, après un parcours d'environ 30 minutes, la voie ferrée s’est approchée à plusieurs dizaines de mètres de la bande d'eau, en gardant cette distance, avec de légères variations, jusqu’à la gare terminus. Sur le canal passaient dans le sens opposé de l’avancement du train, l’un après l’autre, de navires plus grands ou plus petits, dont certaines dépassaient l’hauteur d'un bâtiment de dix étages, ainsi que même le soleil on ne le voyait plus; j’avais l’impression parfois que le train passe à travers  l'ombre d'une gare, grand comme le bâtiment du Ministère des Transports à Bucarest. Sur le pont des navires je voyais soit l’équipage occupé par divers travaux, soit de passagers, qui regardaient curieux vers le long moyen de transport sur ​​roues, peut-être même prêts à quitter le balancement produit par les vagues avec cel produit par les imperfections de la voie ferrée. De l'autre côté on voyait le sable jaune de la péninsule du Sinaï. La sirène roquailleuse d'un navire a donné à Moussa un sujet de conversation:

      - La traversée du canal apporte à l'Etat de revenus de  plus de 10 milliards de dollars par an.

      - Mais je vois que les bateaux se déplacent dans un seul sens, a remarqué Ella.

      - En effet, parce que dans le tronçon entre Ismaïlia et Port-Saïd le canal est étroit, le sens du passage est alternatif, de six en six heures. En échange, d'Ismaïlia à Suez on circule dans les deux sens parce que les travaux d’élargissement ont été facilité par la présence sur le trajet de quatre lacs naturels: Manzala, Timsah, le Grand Amer, le Petit Amer.

     - Quand a été donné en fonction le canal de Suez? Edy a demandé.

     - Le 17 novembre 1869 a eu lieu l'inauguration de cette magnifique voie maritime, a répondu Ilias .

     - En présence de l'épouse du roi Napoléon III de la France, du Prince de Galles, de l'empereur d'Autriche, du prince de Prusse, du prince des Pays-Bas et de six mille invités du monde entier, a completé Moussa .

     Pendant ce temps la conversation a été interrompue par la vue d'un certain nombre de minidunes, situées entre la voie ferrée et le rivage ouest du canal, assez hautes, certaines allant jusqu'au niveau des fenêtres des wagons. Sur elles  étaient disposées très désordonnées et en positions anormales… de mitrailleuses, de canons et de tanks. Dans les wagons a commancé â pénétrer de sable fin, que entrait dans les yeux, les oreilles, le nez, la gorge et la bouche, de sorte qu'il est arrivé de crépiter entre les dents.

     - Se sont les dunes mouvantes de El Guisr, qui posent de grands problèmes pour être fixées, a tenu à préciser Moussa, clairement gêné par les grains du sable qui lui erraient dans la bouche.

     - Mais comment peut – on expliquer la présence de tant de fusils, de canons et de tanks? j’ai demandé surpris.

     - Ici a été l'une des lignes de front de la guerre israélo - égyptienne de 1967, appelée "de  six jours", et ces armes de feu sont de notre armée; elles ont été déplacées et même inversées par les dunes mouvantes, a dit Moussa .

     - Pourquoi elles n'ont pas été ramassées et stockées dans les casernes? j'ai insisté.

     - Parce qu'on a observé que ces armes fixent… durablement les dunes mouvantes, a répondu le professeur égyptien  avec un sourire.  

      Moussa a fait une pause pour prendre une gorgée du contenu d’une boîte de jus Schweppes, ce qui a pemis le commencement d’une conversation entre les deux enfants:

     - Pourquoi penses-tu qu’on a laissé en place tous ces fusils, canons et tanks? Edy a demandé  à Ilias.

     - Pour le cas dans lequel le traité de paix israélo-égyptien, signé le 26 mars 1979, à Camp David, ne s'avère pas à être... durable, a été la réponse du fils de Moussa, qui a provoqué dans notre groupe une silence durable... tant que chacun prenne une dose de Schweppes.

 

Doru Ciucescu

 

Le texte fait parti du volume en cours de traduction

"Les mangeuses de rouge à lèvres de Casablanca"

(La traduction du roumain et l’adaptation sont réalisées par l’auteur lui-même)

Vizualizări: 67

Adaugă un comentariu

Pentru a putea adăuga comentarii trebuie să fii membru în reţeaua literară / la red literaria !

Alătură-te reţelei reţeaua literară / la red literaria

Insignă

Se încarcă...

Fişiere video

  • Adăugare fişiere video
  • Vizualizează Tot

Statistici

Top Poetry Sites

© 2020   Created by Gelu Vlaşin.   Oferit de

Embleme  |  Raportare eroare  |  Termeni de utilizare a serviciilor